Tiziano

Né au mans le 12 mars 1996 d’une mère Italienne et d’un père Français. Tiziano vit et travaille à Montreuil. 

Son parcours scolaire débute à l’école des Beaux Arts du Mans où il obtient une licence.Il part ensuite étudier à l’Académie des Beaux Arts de Brera à Milan pour y faire sa 4ème année dans le département graphique et estampe. C’est à ce moment là que Tiziano approfondi sa pratique du dessin. 

Il finit par rejoindre l’école Kourtrajmé dans la première section dédiée à l’Art et l’Image, dirigée par JR. Cette formation s’est terminée autour de l’exposition « jusqu’ici tout va bien » au Palais de Tokyo. 

L’artiste travaille la question de l’image par différents médiums : la photographie argentique, l’estampe, l’édition et le dessin qui sont sa pratique centrale. Ses dessins partent toujours du réel, de photographie qu’il prend, qu’il emprunte, assemble, compose. 

Le dessin a été pour lui un exutoire depuis le début. Deux choses ont canalisé ses excès de colère de jeunesse : le dessin et la boxe. 

« Pour moi ces pratiques sont liées, elles se font écho dans le sens où lorsque que je dessine, il y’a cette idée de dépassement de soi. Comme une lutte contre soi-même. Un apprentissage par la douleur qui est physique et mental à cause du fait de dessiner pendant des heures, jours après jours, en allant toujours plus loin dans la difficulté et la maîtrise technique. » 

Les sujets explorés partent toujours de l’actualité, de thématique sociale, politique. C’est un travail engagé.Son travail questionne aujourd’hui le soulèvement, la révolte, la persistance des insurrections populaires ainsi que leur filiation. 

Cet intérêt a commencé lors de son arrivée à Paris. A ce moment là, des grandes manifestations éclataient dans la capitale, dans lesquelles Tiziano est allé prendre des photographies. 

C’est au Palais de Tokyo qu’a débuté sa série de dessins sur ce propos. 

Débris 2

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages sont rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir

Débris 1

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages sont rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir

Débris 4

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages seront rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir

Débris 5

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages seront rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir

Débris 3

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages seront rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir

Débris 6

Tiziano

TIRAGE DE 11 EXEMPLAIRES

Cette série est issue des dessins originaux imaginés à partir d’objet récupérés sur des lieux de révoltes, pendant diverses manifestations à Paris, en l’occurrence ici des projectiles policiers de « maintien de l’ordre ».

Tiziano avait utilisé le graphite, un matériau constitué de carbone ainsi que la poudre noire qui recouvre les éclats de grenades.

Ces traces persistent sur ces lieux après les affrontements, laissant derrière elles une sorte d’archéologie contemporaine. Ces débris questionnent sur les rapports de force, ainsi que la légitimité de la violence, ses répercussions, et l’usage de l’armement.

3 tirages seront rehaussés à la main par l’artiste avec du graphite et de la poudre noir.

120 TTC

Découvrir